Première semaine à l'Esperluette de Fonchy

Nous sommes arrivés à l'Esperluette de Fonchy le lundi 3 août en fin d'après-midi, nous avons fait la connaissance de Brigitte, la propriétaire des lieux ainsi que de Pierre et Mathias. Ils sont là pour la même raison que nous : refaire les enduits de la maison principale de Brigitte.

Pierre est maçon, professionnel de l'éco-construction en terre-paille depuis environ deux ans et Mathias est comme nous, venu donner un coup de main à Pierre sur le chantier.

Nous avons rencontré Brigitte via la plateforme EcoVillageGlobal qui est un site de petites annonces lié à l'écologie, à la vie en communauté, à la rencontre & au partage.

Présentation du lieu

Brigitte est donc la propriétaire d'un terrain de six hectares et demi sur lequel se trouve sa maison (que nous sommes venu aider à rénover). C'est une grande maison construite sur le principe du terre-paille. Il y a sept énormes piliers qui servent de structure et tiennent le toit. Le reste des murs est rempli de bottes de paille qui sont ensuite recouvertes de couches de terre (pour plus d'informations sur cette technique vous pouvez lire notre article sur la formation terre-paille).

Elle est également la propriétaire et gérante d'un gîte, toutes les informations (et plus de photos) se trouve sur son site internet.

maison de Brigitte vue de la rue

Les deux bâtiments sont autonomes en eau, car Brigitte récupère l'eau de pluies dans plusieurs cuves (cumulé, il y a 45 000L de stockage d'eau). Cette eau est utilisée pour tous les robinets et pour sa consommation il y a un robinet spécial qui la fait passer a travers d'un filtre en céramique.

Cette eau est chauffée grâce à des panneaux solaires qui chauffe des ballons. Quand le soleil n'est pas de sortie c'est un chauffe eau au bois qui prend le relais. Une fois utilisée, toute cette eau est ensuite filtrée avec des bacs de phytoépuration, donc filtrée par des plantes.

On trouve également sur le lieu des panneaux photovoltaïque qui permettent de créer une partie de l'électricité utilisé.

phytoépuration et une partie des panneaux solaire

Sur le terrain, il y a un grand jardin avec divers arbres fruitiers ou non, un petit bassin dans lequel il est possible de se baigner, des balançoires, de nombreux endroits ou se poser tranquille à l'ombre d'un arbre, un grand champ pour le cheval de Brigitte “Dismoitout”, 4 chats qui si promène, un petit verger et pas mal de forêt !

Nos activités

Nous travaillons donc tous les jours (sauf le week-end) pendant une demi-journée, le matin ou l'après midi en fonction de notre organisation avec Mathias. Nous sommes donc supervisé par Pierre, maçon professionnel, qui nous guide et nous donne les tâches à faire. En temps que “wwoofers” nous sommes là pour lui donner un coup de main sur le chantier et lui permettre d'avancer plus efficacement.

Avant notre arrivée, Pierre avait quasiment retiré toutes les parties de murs qu'il fallait refaire. L'objectif premier est de créer un mur de sous-bassement étanche afin d'éviter que les enduits en terre n'absorbent l'eau par capillarité et entraîne ainsi le pourrissement des bottes de paille.

Jusqu'ici, nous avons fait chaque jours des travaux différents :

Enlever des clous qui servaient à fixer les anciens enduits sur les montants en bois, pour éviter de se blesser en travaillant ainsi que pour les remplacer par des clous en acier inoxydable pour éviter la rouille.

Aux endroits où Pierre à retirer les anciens enduits, nous avons pu observer des trous dans les bottes de paille (dû au pourrissement, ou simplement au fait quelles n'était pas suffisamment compacté dès le départ et se sont dégradés avec le temps). Nous les avons donc comblé avec des petits ballotins de pailles ficellés sur-mesure, de la paille en vrac, ou ce que Pierre appelle des “fusées” (des brins de paille entortillés sur eux-mêmes). L'objectif premier de cette opération est de rendre un aspect “compact” et dense à la paille qui se trouve au centre du mur, afin qu'il soit plus simple de mettre un nouvel enduit par la suite et surtout que celui-ci tienne.

Si vous avez lu notre article sur la formation terre-paille, vous savez sans doute que le plus important est de tester la terre sur la surface que nous allons utiliser. Nous avons donc fait sept variantes d'enduits avec des dosages différents à chaque fois, nous les avons ensuite appliqué au mur en suivant deux techniques différentes. Un premier carré de 25x25cm et 2cm d'épaisseur, afin de tester si le mélange fissure ou farine (s'émiette au touché). Un deuxième carré plus petit 4x5cm et 2 cm d'épaisseur pour tester s'il s'attache bien au mur. Les tests se font en tirant dessus et voir à quelle point il a tendance à se détacher de la surface. Nous attendons les résultats de ces tests, car il faut plusieurs jours à l'enduit pour sécher complétement.

différents tests d'enduits appliquer au mur

Un autre jour, nous avons protégé les bottes de paille et aplani le mur en imbibant les bottes avec de la barbotine (mélange de terre et d'eau pour la rendre maléable) et avons terminé de combler les trous les plus coriaces avec un mélange de terre et de paille. Le but ici était de créer non seulement une surface plane, mais aussi de consolider les bottes de paille et les petits ballotins que nous avions fait auparavant afin que le tout soit solidaire. L'intérêt était également de créer une surface d'accroche pour la couche d'enduit qui arrivera par la suite. Nous avions mis dans notre barbotine de la chaux qui permet, non seulement de rendre étanche la terre, mais aussi de permettre aux couches suivantes de mieux se coller entre elles (ce sont l'argile et la chaux qui sont les “colles” de ce qu'on trouve dans la terre).

paille couverte de barbotine et terre-paille et Samuel qui travaille

Le vendredi, Ludivine s'est occupé avec Pierre de la mise en place des trames en fibres de verre qui permettrons à notre enduit de bien se coller contre le bois qui sert d'encadrement (autour des fenêtres et boiseries). Les trames sont attachées grâce à des agrafes. De leur côté Samuel et Mathias ont creusé un trou et tamisé de la terre argileuse locale pour préparer une grande quantité de barbotine pour pouvoir travailler avec la semaine suivante.

mur avec les trames

En parallèle de notre aide sur le chantier nous avons pu passer des moments agréables avec Brigitte et Mathias lors des repas, visiter le marché de Piégut et la jolie ville de La Rochefouqueaux. Et donner des coups de mains par ci, par là à Brigitte !

Puis le week-end, c'est repos, on en profite pour se reposer, rédiger cet article et apprécier le lieu !

Il nous reste une semaine à passer à l'Esperluette de Fonchy, nous espérons que ça continu d'être aussi agréable !

En espérant que ça t'a plu d'en savoir un peu plus sur ce qu'on fait ! Si tu a des remarques, n'hésite pas à nous envoyé un message ou un mail : ludivine@tuta.io

À bientôt pour plus d'aventures ! 😉