WriteFreely

Reader

Read the latest posts from WriteFreely.

from Les aventures de Samuel et Ludivine

Eh bonjour ! Depuis notre dernier articles, nous avons pu profiter de quelques beaux jours pour avancer quelques tâches sur le terrain.

Bourgeon qui se développe

Serre semi-enterrée

Pour commencer, nous avons terminé la construction d'une serre semi-enterrée qui nous sera bientôt très utile. Nous avons fabriqué la structure avec des piquets en fer, des bambous, de la tôle, des chutes de tuyaux de David et sa bâche de serre. Le terrain étant en pente, nous avons décaissé et mis de niveau le sol de la serre.

Ensuite, nous avons planté dans le sol les piquets de métal en y enfonçant les bouts de tuyau de l'autre bout. Nous avons relié ces bouts de tuyaux avec des bambous et avons consolider la structure. Nous avons dû changé certains tuyaux car il n'était pas suffisamment dur pour soutenir leur propre poids.

Début de la serre nivelé et avec la structure

Pour la porte, nous avons récupéré une porte de yourte. Une fois la bâche posée et ses côtés recouverts de terre pour la maintenir (sauf un pour pouvoir faire un courant d'air en été), nous avons commencé l'aménagement de l'intérieur. Nous avons creusé deux chemins que nous avons entourés de tôle pour empêcher la terre de s'écrouler et avons installés deux marches pour pouvoir descendre et monter simplement. Afin que la terre ne reste pas nue, nous avons mis des feuilles de forêts et du foin coupé à côté de la serre. Il n'y a plus qu'à attendre quelque temps pour pouvoir s'en servir !

La serre finie

L'atelier

En parallèle de la construction de la serre, nous avons profité des jours couverts pour améliorer l’aménagement de l'atelier. Pour commencer, nous avons accroché une poutre sur un mur pour en faire un stockage de bois, nous lui avons également mis des pieds. Cela nous permettra de garder nos poutres à l’abri de l'eau (elles sont pour le moment stockées en extérieur).

Début de l'espace de stockage des poutres

Pour consolider la structure du stockage de bois nous avons réalisé un pilier en béton. Pour couler ce pilier, nous avons réalisé un coffrage en bois dans lequel nous sommes venus vider des seaux de béton et des bouts du béton de la dalle de la grange. Le démoulage à été fait, il reste à ajouter des morceaux de poutre pour reprendre le poids de la poutre et y stocker le bois.

Il y a de très grosses pluies qui ont inondé certaines parties du terrain. C'est une bonne chose puisqu'il s'agit de zone où nous aimerions mettre de l'eau (récupération d'eau de pluies, étang, écoulement). Nous avons également découvert des poches d'eau à certains endroits du terrain. 💧

Le toit de l’appentis où se trouve l'atelier étant fait de vieilles plaques fibro-ciment il y avait quelques infiltrations d'eau lors des grosses pluies. Nous en avons donc changer les plus usées par des plaques de bac-acier (les mêmes que pour la salle de bain) ainsi qu'une plaque PVC ondulée (récupération des toilettes sèches en extérieur que nous avons démonté depuis la création de la salle de bain) qui nous fait un puits de lumière très agréable dans l'atelier parfois sombre.

Fond de l'atelier éclairé

En ce qui concerne l'atelier même, nous n’arrêtons jamais de réarranger pour chercher le meilleur aménagement possible, ces derniers jours nous avons libérer l'entré de stockage encombrant, depuis l'atelier semble bien plus grand. Nous créons également des emplacements pour les vis ou les forêts de perceuse avec des chutes de palette pour qu'ils puissent être rangés et classés.

Rangement de vis, clous, embouts, mèches ...

Nous essayons également de déclarer des standards par rapport aux utilisations pour faciliter le rangement, et surtout limiter la multiplication de boulon, forêts/embouts, tiges filetées, ...

En prévisions des beaux jours, nous avons préparé le gros du chantier de la grange, pour pouvoir les commencer au plus vite. Cela comprend casser les dalles de béton du sol, pour décaisser et couler de nouveau piliers. Avant toutes autres choses, il est impératif de faire ces piliers pour être certain de reconstruire sur des fondations solides. Nous avons ensuite creusé les trous dans le sol afin d'y couler les piliers de béton. Ne reste plus qu'à attendre un éclaircissement.

Montage du décaissage sous la grange et sous l'appentis

Vous l'avez peut-être remarqué, pendant quelque temps le blog n'était plus disponible... En effet, nous auto-hébergeons le blog avec un Raspberry Pi et avons fait face à quelques soucis techniques donc le dépannage a prit du temps. Mais grâce aux efforts de Sandra et Ludivine, tout est revenu comme avant 🥳

N'hésitez pas à nous répondre par mail (ludivine@tuta.io) ou par sms ou depuis vos réseaux d'échange préférés. À bientôt

 
En savoir plus...

from Les aventures de Samuel et Ludivine

Tout d'abord bonne année 2021 à toi 🥳

Carte de vœux 2021 de Samuel et Ludivine

En ce début d'année, nous avons trouvé pertinents de te rédiger une petite rétrospective de notre année 2020, l'occasion également de mettre au clair nos attentes, nos envies, nos besoins et nos objectifs pour l'année 2021.

Rétrospective 2020

Nous avons beaucoup entendu de gens dire que cette année 2020 était “horrible”, “difficile” ou encore “injuste”. Mais en ce qui nous concerne cette année fut un grand bon en avant.

Après avoir tous les deux terminé notre service civique et attendu la fin du premier confinement, nous avons commencé à faire du WWOOFing. Pour être exact nous avons fait du WWOOFing dans 5 endroits différents, ce fut à chaque fois de superbes moments dans des lieux complètement différents.

Au cours de nos séjours, lectures, et expériences, nous avons développé des connaissances et compétences sur différentes thématiques telles que la flore (technique de culture, fonctionnement et composition du sol, etc), le bricolage (construction naturelle, récupération, low-tech, etc), l'autonomie (importance de l'eau, électricité, chaleur, conservation aliments, etc) et la santé (physique et mental, développement personnel, etc). En dehors de cela, nous avons pu observer divers fonctionnement de lieux et ainsi commencer à savoir ce qui nous corresponds ou non.

Après une rencontre et des échanges, nous avons décidé de rejoindre Matthieu et Éléonore du projet E-co-tonome afin de vérifier notre entente avec les habitants et commencer à mener à bien le projet.

Depuis nous travaillons et vivons sur le terrain, c'est une superbe expérience d'être au commencement d'un projet. En plus de voir nos idées prendre forme et se développer jour par jour, nous avons également la possibilité de façonner le lieu pour qu'il corresponde à Matthieu, Éléonore, leurs enfants, David, nous et surtout notre vision du futur.

Lectures de 2020

Cette année fut riche en lecture, en voici donc une petite liste que nous avons trouver intéressant :

Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même – Lise Bourbeau

Dans ce livre Lise Bourbeau avance une théorique disant que cinq blessures nous impact de manière très importante autant dans notre comportement et pensées que physiquement. Les 5 grosses blessures sont : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Lise Bourbeau explique comment accepter ses blessures et vivre avec.

Le potager du paresseux – Didier Helmstetter

Suite à un AVC, Didier ne peut plus forcer et passer autant de temps au jardin, car il doit faire attention et prendre soin de son corps. Il met donc en place diverses techniques pour économiser du temps et de l'énergie, notamment avec la phénoculture : la technique de couverture du sol avec du foin. Pour mettre au point cette technique il a appris comment fonctionne la terre et ses composants afin de travailler avec elle plutôt que contre. Il nous transcrit cela très clairement et facilement. Son approche du jardinage est très intéressante et donne envie d'essayer !

La révolution d'un seul brin de paille – Masanohu Fukuoka

Cette année Ludivine a commencé à lire cet ouvrage qui est bien plus philosophique qu'un guide de “permaculture”. Ce livre fait réfléchir sur la nécessité de l'intervention humaine au jardin (labour, pesticides, rang de culture ...) comme Didier Helmstetter du livre précédent. M. Fukuoka décrit son chemin pour en arriver à l'agriculture sauvage et en quoi ça consiste, des engrais verts au semi direct.

Une ferme résiliente et productive pour vivre à la campagne – Ben Falk

Sur la fin de l'année 2020 Ludivine a commencé à lire cette œuvre qui parle de la conception et gestion d'un “écolieu” autonome (eau, alimentation, soins, etc) en abritant une grosse biodiversité. Il détaille des outils et techniques à court et long termes afin de produire tout en régénérant la terre.

L'âge des Low-tech – Philippe Bihouix

L'auteur nous invite à nous questionner sur la nécessité des nouvelles technologies et du fonctionnement actuel en apportant des alternatives afin de changer de système pour être plus durable et sain.

L'alchimiste – Paulo Coelho

Roman très court de philosophie et d'enseignement sur l'écoute du monde.

Unlocking us – Brene Brown

Alors oui, c'est un podcast mais Ludivine te le conseil. Brene Brown et ses invités traitent des relations humaines, de l'importance de l'intelligence émotionnelle et de comment la développer, tout cela avec une approche scientifique.

Arthur Keller

On en profite pour te parler d'Arthur Keller qui traite de transition écologie afin de palier aux limites des sociétés actuelles tout en y apportant un regard systémique. On te conseille cette conférences qui encourage à agir pour le monde que l'on veut voir naître.

Objectifs

À présent il faut penser au futur, nous nous sommes mis d'accord pour déclarer que pour répondre à nos besoins et nos envies, nous espérons :

  • Développer des relations avec les personnes à proximité du lieu, pour créer un lien et favoriser l'échange en local. Mais également pour rencontrer des gens.
  • Mieux connaître les environs. Visiter les villes et villages, les plus proches de chez nous pour nous familiariser avec la région, ses températures et péripéties.
  • S'installer dans une yourte ou un autre habitat léger. Bien que nous soyons confortablement installés dans la caravane, il va de soit que nous aimerions améliorer notre lieu de vie pour avoir un peu plus d'espace de vie et un peu plus de confort.
  • Trouver un travail dans le coin (ou en télétravail), que ce soit un travail purement alimentaire, ou quelque chose de concret.
  • Organiser et planifier le projet E-co-tonome.
  • Construire une serre qui pourra servir de pépinière ou qui nous servira à allongé les récoltes au début et à la fin des saisons.
  • Faire un jardin sur le terrain, pour profiter de produits frais mais aussi pour se faire la main !
  • Et surtout réparer le toit et les murs de la grange, ce qui risque d'être LE gros projet de cette année.

Nous espérons pouvoir accomplir tous ces objectifs, et bien plus auxquels nous n'avons pas forcement pensé !

En espérant que tu puisses toi aussi mener à bout toutes tes idées, nous te souhaitons encore une excellente année 2021 !

 
En savoir plus...

from Les aventures de Samuel et Ludivine

Un objectif principal : se doucher à l'eau chaude

Construction de la pièce “salle de bain”

Notre objectif premier ces deux dernières semaines à été de nous faire une salle de bain pour pouvoir se laver au chaud et simplement. Nous avons convenu de la construire dans un des appentis qui est plus ou moins hors d'eau. Il nous a fallu dans un premier temps nous occuper de dégager tout l'espace et de nettoyer la zone, cela comprend retirer le plancher de l'étage supérieur (qui aurait du être changé a un moment ou a un autre) que nous avons remplacé par des grandes planches de bac acier pour protéger la salle de bain de quelconques fuites d'eaux provenant du toit.💧 Ceci étant fait, nous avons pu commencer notre salle de bain en commençant par le sol : avec des palettes et des vielles planches poncées et découpées pour convenir aux formes de la pièce. Nous les avons rempli de laine de bois pour isoler le sol.

montage du sol de la salle de bain

Pour le mur, nous avons fixé des planches d'OSB (copeaux de bois collé par une résine) en prenant en sandwich de la laine de bois. 🥪 Pour la bac de douche, nous utilisons un bac de récupération en tôle. Nous avons également créé un petit meuble en palette pour y poser la vasque et réutiliser un vieux tonneaux qui traînait sur le terrain pour en faire des toilettes sèches.

montage meuble lavabo et salle de bain

David s'est occupé de la partie plomberie pour faire les évacuations de la vasque et du bac de douche. Depuis une semaine, nous attendons la livraison de pièces de plomberie afin de relier tout cela à nos sources d'eau pour pouvoir se doucher.

Aux sources ?

Oui, il nous a fallu relier l'eau des sources jusqu'à la salle de bain, ce fut une chose relativement aisé puisque c'était déjà prévu lors de l'installation du robinet dans l'atelier. Il n'y a eu “qu'à” faire une saignée dans le sol de la grange à l'aide d'une disqueuse diamant pour faire deux traits dans le béton et casser entre ceux ci à l'aide d'un marteau et d'un burin. 🔨 Ensuite nous avons fait passer les gaines contenant les tuyaux d'eau (nous en avons profité pour faire passer une gaine électrique par la même occasion).

montage photo saignée en cours, terminée et avec gaine

Le plus important : l'eau chaude !

Afin de faire chauffer notre eau, quoi de mieux que d'utiliser l'énergie qui s'occupe (sans que personne ne lui demande) de réchauffer toute notre planète ? J'ai nommé l'énergie solaire !

Voici comment nous avons fabriqué notre chauffe-eau solaire à partir de récupération et à moindre coût :

Dans un premier temps, il nous faut un support. Pour ce faire, nous avons créé un cadre avec des portes et des chevrons auxquels nous avons fixé des fenêtres double vitrage. Le double vitrage nous permet de récupérer l'énergie de rayonnement et de minimiser les pertes dues à la conduction. Afin capter à maximum les rayons du soleil, nous avons décidé de tapisser le fond en noir avec ce que nous avions à notre disposition : des tuiles d'ardoises.

chauffe-eau sans tuyau

Ceci fait, il nous reste à y emmener et faire circuler de l'eau. Nous avons fixé un tuyau “goutte à goutte” de 14 mm de diamètre en rouleau, l'entré se faisant en bas du panneau et la sortie en haut pour profiter du thermosiphon (comme présenté dans l'article “thermosiphon” d'E-co-tonome). Il est également possible d'isoler le panneau de l'extérieur afin de réduire encore plus les pertes de chaleur par conduction.

Il ne nous faut plus qu'installer et tester le panneau. Avec environ 40m de tuyau et 1.2 cm de diamètre (intérieur) nous avons environ 60L d'eau dans le panneau. Nous espérons que toute l'eau sera dans la capacité de chauffer en hiver comme en été.

chauffe-eau terminé

Notre plus grosse crainte : avec une chaleur trop élevé, les fixations (métaliques) que nous avons mis en place pour maintenir le tuyau, risquerai de l'endommager. Il faudrait donc peut-être prévoir une autre manière de tenir le tuyau en place. Pour un tutoriel plus technique et détaillé vous pouvez voir l'article fait sur E-co-tonome.

Démontage des toilettes temporaires et création de l'évacuation

Si vous avez bien suivi nos articles, vous vous souvenez sans doute qu'a notre premier séjour avec Matthieu et Eleonore nous avions fabriqué des toilettes sèches provisoires. La salle de bain étant faite, celle-ci ne nous sont plus vraiment utile. Nous les avons donc démonté pour faire l'évacuation de l'eau de la salle de bain a leur place !

En parallèle :

Plantation arbres pour agroforesterie

Puisque c'est le dernier moment de l'année pour le faire, nous nous sommes occupé de replanter les arbres qui étaient prêt à être rempotés. L'intérêt étant de le faire au plus tôt pour qu'ils soient au plus vite suffisamment grand pour nous nourrir et nous protéger du soleil.

En suivant des lignes pré-établie et en les plaçant en quinconce nous avons donc créé une zone où nous pourrons à l'avenir faire des pousser des plantes tels que des des céréales et des pommes de terre. Ce fut une tâche qui demande un peu de réflexion car nous avons essayé au maximum d'espacer les arbres de même essence pour limiter qu'ils se contaminent en cas de maladies ou de l'installation de parasites.

Nos petits protégés

Comme nous en parlons souvent sur le blog, il est intéressant de recourir à une “couverture” afin de garder nos plantes au chaud et d'empêcher l'évaporation de l'eau. C'est ce que nous avons essayé de faire ici aussi, avec la contrainte de ne pas avoir à acheter de matériel (bottes de paille, foins, ...). Nous avons donc fait avec ce que nous avions sous la main : des fougères sèches trouvées sur le terrain, des feuilles mortes du bois d'à côté et des herbes hautes qui étaient autour de la future zone du jardin.

arbiseau avec couverture et jardin avec couverture

Rangement ateliers et grange

L'intérêt principal étant de gagner du temps et d'être plus à l'aise pour bricoler, nous avons donc réorganisé l'atelier et certains espaces de la grange. Par exemple David à construit quelques étagères et rangement dans lesquels nous avons pu faire une organisation du matériel. Outils électroportatif, plomberie, électricité, quincailleries, vis & clous ont maintenant trouvé leur place dans l'atelier !

Amélioration de notre petit cocon

De jour en jour nous nous sentons de plus en plus chez nous, en autres : nous avons enfin Internet ! Nous avons installé une box 4G avec une antenne déportée qui nous a permis de la positionner au-dessus de la grange, grâce à ça nous pouvons travailler et communiquer bien plus librement (et surtout en profiter à l'abri des intempéries dans notre caravane). Avec des tasseaux destinés au feu, Ludivine nous a fait un super porte-manteau pour que nous gagnions en place dans le auvent. 🪚 Toujours dans le but de gagner en place nous avons réaménager un des placards de la caravane qui ne nous servais jusque-là que très peu en réutilisant les chutes des palettes que nous avons découpés pour faire le meuble de la vasque.

montage du porte manteau et de l'étagère

Nous avons également arrangé un peu plus le garage dans lequel ce trouve la caravane pour faciliter l'accès à la porte du auvent en déplaçant des ardoises qui était dans le chemin.

Bref, chaque jour le lieu se développe et que ce soit notre lieu de vie, le jardin ou les espaces communs les choses avancent bien ! Ce qui nous ravis et nous motive de jour en jour !

C'est tout (et c'est déjà bien) pour ces dernières semaines, comme d'habitude, n'hésite pas à nous faire des retours, à nous poser des questions et à très bientôt pour la suite de nos aventures !

 
En savoir plus...

from Les aventures de Samuel et Ludivine

Bonjour à toi, Pour commencer excuse nous de l'absence de nouvelles ces dernières semaines. Nous avons été bien occupés ! Pour nous rattraper, on va tout t'expliquer !

Fin de WWOOFing à Las Corbos

À cause d'un mal de poignet Samuel ne pouvait plus aidé pour les tâches à la ferme, mais pas questions de se rouler les pouces ! Edouard et Régine avaient besoin d'un site internet pour mettre en avant les choses qu'ils produisent et leurs diverses activités à Las Corbos. Nous avons donc durant la dernière semaine chez eux, mis en place un site avec une administration pour qu'ils puissent ajouter des articles facilement une fois notre WWOOFing chez eux terminé. Nous avons utilisé le CMS open source : PluXML. C'était notre première avec, mais nous avons réussi à tout mettre en place durant la semaine et avons même profité d'un peu de temps pour créer une documentation pour les guider après notre départ.

Durant la semaine nous avons aussi parcouru le terrain à la recherche d'une vache, Omaya, qui avait disparu. Finalement nous l'avons retrouvé chez les voisins en train de profiter de son herbe fraîche.

Côté cuisine Ludivine a continué à aider de préparer des tomates séchés pour pouvoir en profité pendant plusieurs mois après la fin des récoltes !

Ludivine qui prépare des tomates séchées

Nous avons beaucoup apprécié ce séjour en compagnie d'Edouard et Régine et nous espérons vivement les revoir !

Ça déménage !

Comme nous l'avons dit dans notre article sur le projet E-co-tonome, nous voulons les rejoindre afin de passer plus de temps ensemble et d'observer le terrain sous un nouveau jour afin d'être certain que le projet nous corresponde et que le courant passe avec Matthieu et Éléonore.

Pour se faire nous avons commencé par rechercher un appartement en location, mais les propriétaires veulent une sécurité financière et comme le wwoofing ne nous apporte pas de revenu, nous n'avons pas continué sur cette option.

Puisqu'il nous fallait tout de même un toit au-dessus de notre tête, nous nous sommes penché sur les habitats légers. Notre recherche était large : yourte, chalet, caravane ... Les choix sont nombreux, nous nous sommes finalement mis d'accord pour prendre une caravane. Après quelques contacts, nous avons trouvé quelqu'un qui nous vendait la sienne ! Alors hop, on a chargé la voiture avec le nécessaire et sommes partie acheter la caravane. Après un bon petit voyage (ou l'embrayage de la voiture nous a fait des frayeurs) nous sommes enfin arrivé dans le Lot sur le terrain de Matthieu et Éléonore !

Notre petit chez nous

Une fois arrivé sur le lieu, il nous a fallu nous installer. Pour ça, nous avons profité d'un appentis de la grange pour installer la caravane à l'abri du vent et de la pluie. La caravane et le auvent rentrent pile poils sous l'abris, mais un des inconvénient est d'avoir la porte du auvent contre le mur, il va nous falloir en coudre une nouvelle !

Après deux ou trois jours, nous avons déchargé la voiture et mis en place toutes nos affaires, maintenant ça y est on peut dire qu'on est vraiment chez nous, au bout de seulement une semaine des repères s'installent déjà !

Il nous reste tout de même quelques petites améliorations à apporter à notre chez nous. Notamment mettre la main sur un sommier et un bon matelas, isoler la caravane et se relier aux sources d'eau du terrain. En tout cas, nous sommes bien installés et avons même pu nous fabriquer une petite terrasse en palette de bois sous le auvent !

montage du auvent et de la caravane

Entre le reconfinement & la voiture en panne on se trouve un peu isolé du monde, mais ça fait du bien, et puis on est pas vraiment seul puisque quelques semaines avant notre arrivé, David a installé sa (magnifique) yourte (qu'il a faite lui-même) sur le terrain ! Nous croisons également de temps en temps nos voisins puisque le lieu-dit est composé de deux autres foyers en plus de David et nous. David est comme nous, il était à la recherche d'un lieu où se poser et il a rencontré Matthieu et Éléonore il y a peu de temps. Il a pour projet de rester au moins 2 ans sur le terrain, et il a beaucoup d'expériences dans la construction. On en apprend plus sur lui chaque jour.

Bricolage en groupe

Durant cette semaine nous avons à plusieurs reprises pu bricoler tous ensemble notamment pour s'occuper des installation électriques pour la caravane, ou pour mettre des lumières dans l'atelier commun ! Avec l'hiver qui approche cela va nous être d'une grande aide !

montage interrupteur et lumière atelier

Nous avons également fait quelques installations d'eau en profitant des connaissances de David qui a travaillé pendant un bon bout de temps en temps que plombier. Nous avons installé un robinet à l'entrée de l'atelier et nous nous sommes occupé de prolonger le tuyau des eaux grises du voisin qui tombe juste à coté du garage où nous avons installé la caravane.

Afin de protéger notre splendide terrasse en palette de la pluie nous avons aussi creuser une petite rigole pour dévier l'écoulement devant le garage. Une fois de plus dans l'optique de se préparer aux froids de l'hiver, nous avons mis en place des fenêtres pour bloquer les vents froids à l'atelier.

rigole devant le garage et fênetres

En plus de ces “gros” travaux, il nous arrive de faire des “petites” tâches. Par exemple, nous avons placé un gros bloc en ciment juste à côté de la grange pour récupérer les eaux de pluies. Ce bloc pesant au moins 500 kg nous l'avons déplacé grâce aux techniques que les Égyptiens utilisaient à l'époque pour déplacer d'énormes blocs de pierres pour construire les pyramides : on met des tuyaux dessous et on fait rouler.

Nous avons également donné un coup de main à David pour faire pivoter la toile de sa yourte qui était mal placé, ce fut l'occasion de découvrir le fonctionnement de sa yourte (qui fera peut-être un jour sujet pour un article 😉)

yourte de David

Lors de notre dernier séjour, nous avions construit des toilettes sèches à côté de l'atelier. Celles-ci devrait bientôt ne plus nous être utile, car nous avons commencé à installer un bloc sanitaire dans le second appentis de la grange. Douche, lavabo, toilette sèche et eau chaude que demander de plus ?

Un autre jour, nous nous sommes occupés de “nettoyer” le plancher de la grange. Je mets des guillemets à nettoyer parce qu'en fait on a tout casser. Le plancher ayant pris l'eau, il n'était pas possible de marcher dessus, alors on a fait tomber tout ce bois à l'étage d'en dessous ! Ce fut également l'occasion d'avoir une petite démonstration de maçonnerie avec la mise en place d'étais pour être sur que le reste de ce fameux plancher ne nous tombe pas sur la tête !

étais sous la grange

Quand Matthieu a acheté le terrain et la grange, il a eu en cadeau ce qu'il restait dedans. Notamment 2 mètres cubes de fumier (de chèvre ?) autrement dit ça prenait pas mal de place dans l'appentis (et dans nos narines au moment de le déplacer) ! Nous en avons profité pour l'étaler sur nos futurs bancs de cultures, et dire que certains payent pour de l'engrais... C'est une aubaine d'avoir pu profiter de tout ça, même s'il nous a fallu une bonne journée pour tout vider et nettoyer (plus une matinée pour tout étaler !).

Jardinage

Avec tout ce crottin rependu nous sommes certain que le sol sera bien nourri (en espérant que ce ne soit pas de trop).

D'après ce qu'on sait, cela fait presque 100 ans que la terre n'as pas était retourné ou détruire par des produits chimiques ! C'est une excellente nouvelle et ça se vois, presque à chaque fois qu'on fait un trou, on y trouve des vers de terres et pleins d'insectes. Ce sont les organismes (champignons, insectes, ...) de la terre qui nourrissent la plante (aidés par les éléments), c'est pour cela qu'il est important d'avoir un sol vivant ! En bref, nous avons beaucoup de chance d'avoir un sol dans cet état, ce qui peut être compliqué à trouver. Ainsi, nous pouvons commencer à planter quelques plantes : des pommes de terres, des topinambours et des fleurs ! En espérant qu'ils soient tous heureux sur le terrain !

futurs banc de culture et emplacement topinambours et pomme de terre

Nous avons également quelques plantes en pot, notamment des Aloe Vera que David a repoté pour qu'elles aient la place de se développer (vues sur la photo de la yourte) ! Dans le lot certaines n'était pas replantable (enfin plutôt nous n'avions plus suffisamment de pot), Ludivine les a récupéré pour en extraire le fameux gel qui est hydratant et cicatrisant pour la peau (il va nous être utile pour les gerçures de l'hiver 😄). Avec environ 5 ou 6 feuilles (de tailles différentes) elle a pu faire à vue de nez 15 cl !

gel d'aloe vera

Maintenant que nous sommes plus ou moins installé nous espérons pouvoir partager ici plus de nos expériences et faire des articles peut être plus techniques sur le site du projet !

Si tu veux être averti de la sortie du prochain article, envoie-moi ton adresse mail par message ou par mail à : ludivine@tuta.io.

À très bientôt ! 👋

 
En savoir plus...

from Les aventures de Samuel et Ludivine

Si vous souhaitez recevoir un mail lorsqu'un nouvel article sort envoyez nous un message à l'adresse : ludivine@tuta.io pour être ajouté a la liste.😉

Depuis lundi 7 septembre, après un passage de deux semaines auprès de la famille de Samuel et de quelques amis, nous voilà dans l'Aude près de Arques à Las Corbos, chez Edouard et Régine. À environ 40 minutes de Limoux, nos deux hôtes vivent ici depuis à peu près 4 ans et prennent soin de la terre et de leurs animaux en respectant les principes de la permaculture et de la sylviculture douce (gestion de la forêt).

Le lieu

Edouard et Régine vivent dans une jolie maison qu'ils ont rénovée sur un terrain de 48 hectares à environ 600 mètre d'altitude. C'est dans une caravane juste à côté que nous dormons, le reste du temps nous sommes dans leur maison ou en extérieur pour profiter de l'air frais de la montagne.

Ils ont un jardin dans lequel pleins de plantes différentes sont cultivées ainsi que des grands espaces dans lesquels ils ont planté de nombreux arbres fruitiers ou non.

le jardin de Las Corbos

Le terrain étant en pente, ils ont mis en place des bessières (comme à la Lombarde) avec des fosses pour retenir l'eau qui a tendance à ruisseler. On peut également trouver sur le lieu une carrière pour faire travailler les chevaux.

Le reste de la propriété : une forêt presque vierge, est le terrain de jeux de leurs 6 chevaux (chauvaux de traits et haflinger) ainsi que de leurs 7 vaches et 1 taureau qui sont de la race highland. 🐮

montage de photo de vaches highland qui ont les poils longs

Régine nous a expliqué que depuis leurs arrivée sur les lieux ils ne cessent de découvrir régulièrement de nouveaux chemins créer (ou révéler) par les vaches. Edouard et Régine accueil également deux chiens, Monsieur Fox, petite boule d'énergie adorable et Ingué (nom allemand) une grosse boule de poil tout aussi adorable. 🐶

montage de photo de Fox et Ingué

Ludivine s'est fait un plaisir de les pouponner et en l'absence de Régine durant quelques jours, c'est elle qui s'occupe de les nourrir et de les brosser (surtout Ingué). Pour l'anecdote, Ingué perd énormément de poils à chaque brossage, ces poils sont récupéré dans un grand sac pour être utilisé comme imperméabilisant pour le fond d'une mare.

Première semaine

Le premier jour nous avons visité le lieu et commencer à discuter avec nos hôtes. Puisque nous sommes arrivés dans l'après-midi, nous avons eu juste le temps de nous installer avant de manger. Le lendemain, réel premier jour de travail, nous nous sommes occupé avec Edouard de faire le paillage des jeunes arbres plantés près de la carrière.

Petit arbre paillié

L'après-midi, nous avons continué de paillier mais cette fois ci les arbres de le parti jardin. Pour rappel, le paillage sert à créer une couverture autour des plantes pour leur apporter, non seulement des nutriments lors de la décomposition, mais également pour retenir l'humidité et réduire la fréquence d'arrosage. 💧

Le soir, Régine, qui s'occupe principalement du jardin, nous a fait un tour pour nous montrer comment elle s'en occupait, durant son absence de quelques jours, c'est a nous que reviens cette tâche. Nous devons nous occuper de l'arrosage, mais également cueillir les fruits et légumes murs. 🍅🍆

Le lendemain, départ de Régine, nous avions pour tâche de planter différents types de choux. Faute à pas de chance, nous avons passé la mâtiné sous la pluie ... Après ces chaleurs d'été, cela nous a bien rafraichi ! Il nous fallait donc sortir de leurs godets les jeunes pousses et les planter à l'endroit indiqué par Régine. Le plus important à été de bien faire attention à ne pas laisser d'air au niveau des racines, c'est apparemment une source importante des maladies chez les plantes. Pour palier à ce problème, nous avons bien tassé la terre et bien arrosé afin de s'assurer que chaque bulle d'air soit partie.

L'après-midi nous sommes parties à la cueillette, quelques tomates, une belle courgette et pour terminer une bonne cagette de physalis !

Le jour suivant nous sommes aller avec Edouard près de Carcassonne pour aider des amis du couple à faire les vendanges de leurs vignes. Comme les vignes ne sont pas traitées la biodiversité s'y développe, là-bas il y avait énormément de petit escargots !

escargots sur la vignes

C'était nos premières vendanges et nous avons subit ce qui apparemment est une tradition : être poussé dans la cuve de raisin !

Samuel et Ludivine sur les bords de la cuve, juste avant la trampette

Bonjour les habits collants. 😄 Nous avons eu l'après-midi tranquille pour nous reposer un peu et commencer à rédiger cet article.

Le vendredi, dernier jour de la semaine nous nous sommes occupé de préparer des tas de crottin dans la clairière où mangent les chevaux afin de venir les récupérer plus tard plus simplement. Édouard et Régine récupèrent les crottins de chevaux et les injectent avec des EM des “organisme efficace” qui transforme le crottin en engrais pour le jardin en quelques semaines. Contrairement à la technique du compost qui dure plusieurs mois. 💩

Nous avons profité du week-end pour se reposer et visiter un peu les alentours. Nous sommes donc aller a Limoux pour la fête paysanne, rassemblement de petits producteurs locaux très sympathique, nous avons ensuite fait un tour de la ville qui est très jolie. Le lendemain, nous avons visité le marché de la ville d'Esperaza, pour une ville de 1300 habitants, c'est un grand marché qui accueil en général 10 000 visiteurs ! L'ambiance est au rendez-vous avec beaucoup d'artisans et de producteurs !

Deuxième semaine

Lundi nous nous sommes occupé de redescendre deux chevaux qui était a l'écart pour être soigné avec leurs camarades. L'un était très excité et bougeait dans tous les sens alors que l'autre était tout calme. Au final, il y a eu pas mal de chahut une fois de retour avec les autres chevaux... Nous nous sommes ensuite occupé de charger les tas de crottin fait les jours précédents et de les regrouper plus proche de la maison. Pour nettoyer les crottins et surtout les déplacer nous avons utilisés un quad, c'était l'occasion d'essayer la conduite de ce genre d'engins.😄

Puis dans l'après-midi nous avons nettoyer la carrière où Edouard travail avec les chevaux pour éviter toutes blessures en cas de chute.

Le lendemain et le surlendemain nous sommes partis en forêt avec Edouard pour faire des clôtures pour les animaux, en effet, clôturer 48 hectares c'est du travail ! Nous avons donc tiré un ruban électrique, débroussailler le passage, accroché des fixations sur les arbres ou placer des piquets.

piquet de clôture

C'est un travail plutôt physique, d'ailleurs heureusement qu'Edouard est équipé de son téléphone et de l'application géoportail pour connaître la limite du terrain, car dans la forêt, il est très compliqué de s'orienter, malgré des marques à la bombe bleue sur des arbres pour délimiter... Au fur et à mesure que nous avancions dans la forêt nous ramassions des anciennes attaches pour clôture fixé à l'aide d'un morceau de chambre à air découpé. Régine et Édouard avaient utilisés cette technique pour ne pas viser dans les arbres mais malheureusement les chambre à air se détériorent en contact du soleil.

Le jeudi Samuel à eu très mal au poignet, il est donc resté tranquille. Pendant ce temps, le matin, Ludivine à préparé des tomates pour les faire séchées et traité un pommier qui a été attaqué par des cochenilles. L'après midi Ludivine et Edouard on continué la clôture en forêt.

Vendredi nous nous sommes occupé de nourrir les chevaux, nous avons passer une journée tranquille.

En espérant que ça te plais de suivre nos péripéties ! Si tu a des remarques, n'hésite pas à nous envoyé un message ou un mail : ludivine@tuta.io

À bientôt pour plus d'aventures ! 😉

 
En savoir plus...